7 de jun de 2011

Família Murith: François-Hilarion



François-Hilarion a émigré au Brésil en 1819 avec sa famille, sauf Anne-Marie-Henriette et François-Michel-Antoine, qui ont été adoptés par leur oncle Maurice, II fit partie du groupe fribourgeois qui s'embarqua à Estavayer-le-Lac le 4 juillet 1819, pour s'enaller fonder la colonie fribourgeoise de Nova-Friburgo, proche de Rio de Janeiro au Brésil.
Après 2 mois passés en Hollande, la famille Murith monte à bord du bateau "Camillus" qui compte 119 passagers et qui lève l'ancre le 10 octobre 1819. Mais le lendemain, dans le canal de la Manche, le bateau s'enlisa dans le sable; la marée montante le remit à flot, mais il avait subi des dégâts. Il dut gagner le port anglais de Ramsgate, et la réparation des avaries dura jusqu'au 6 décembre. Puis il reprit la route et arriva le 8 février 1820 à Rio de Janeiro.
Aux Archives de l'Etat de Fribourg, un document daté de 1818, fournissant la liste des partants pour le Brésil, cite la famille de François Murith, comprenant un groupe de 10 personnes, à savoir :
1) François. 58 ans;
2) Félicité, sa femme, 40 ans;
3) Toinette. 18 ans;
4) Joseph. 14 ans;
5) Florentin. 12 ans;
6) Françoise. 10 ans;
7) Célestine, 8 ans;
8) Bernard. 3 ans;
9) Murith Alexandre, son neveu, 20ans;
10) Gachet Michel. 23 ans, qui doit épouser Toinette Murith, ces deux derniers réunis à la famille ci-dessus.
François-Hilarion n'a pas pu réaliser son désir de voir le Brésil, car il est décédé au cours du voyage.
Sa femme, Anne-Félicité-Petronille. née Gremion. naturalisée brésilienne avec ses enfants, est décédée à Nova-Friburgo le 20 juin 1860.
N.B.
Francois-Hilarion a fait partie du Club helvétique de Paris en 1790, aux côtés de son cousin, l'avocat Castella, participant à la lutte contre le patriciat de Fribourg, émule en cela de Pierre-Nicolas Chenaux.
Sur le voyage au Brésil, voir le No 6, de la page WEB :
http://www.pharisa.ch/Notices_historiques_Murith_No_6.pdf
Son premier fils, Pierre-Joseph-Michel, né à Gruyères le 28 septembre 1804,est décédé célibataire à Sao José de Ribeirao (Etat de Rio), le 15 août 1886. Son deuxième fils, Jean-Joseph-Florentin, né à Gruyères le 20 octobre 1806, est décédé célibataire à Nova Friburgo le 29 septembre 1835. Son cinquième fils, François-Michel-Antoine, né à Gruyères le 23 mai 1819, est décédé célibataire à Enney le 6 février 1852.
Sa première fille, Marie-Françoise-Jeanne, dite "Toinette". née à Gruyères le 27 décembre 1800, épousa à Gruyères le 7 juin 1819, GACHET Michel-Jean-Denis, fils de Jean-Denis, de Gruyères, et de Marie-Joseph, née Gachet. né à Gruyères le 29 septembre 1795.
Sa deuxième fille, Anne-Marie-Henriette, née à Gruyères le 23 octobre 1802, épousa à Gruyères le 11 janvier 1836, GRANDJEAN Claude-Joseph, fils d'Antoine-Joseph, d'Enney et Morlon, et de Marie-Claudine, née Grandjean. Sa troisième fille, Marie-Briqitte-Françoise, née à Gruyères le 29 août 1808, épousa à Nova Friburgo (Brésil) le 20 février 1827, PIERRE Hippolvte.
fils d’Adrien, de nationalité française et de Joséphine, née Dujardin. né en Picardie (France). Marie-Briqitte-Françoise est décédée à Nova Friburgo le 9 juillet 1840. Son mari, Hippolyte PIERRE, né à Amiens (Somme, France) est décédé à Nova Friburgo le 4 janvier 1839.
Sa quatrième fille, Marie-Petronille-Célestine, née à Gruyères le 24 mars 1810, épousa à Nova Friburgo (Brésil) le 21 juin 1830, CHARRET Jacques-Philippe, fila de Louis-Nicolas, d'Qrsières (Valais) et de Marie-Madeleine, née Forroaz. né à Orsières.
Son quatrième fils, Bernard, né à Gruyères en 1815, ayant eu une nombreuse famille et descendance, FRANÇOIS-Hilarion est donc la SOUCHE PREMIERE de la nombreuse famille Murith établie depuis 1820 au Brésil. Vers 1850-1860 environ, comme plusieurs autres noms fribourgeois, le nom de MURITH s'adaptant à la langue et à la prononciation portugaise, s'est modifié en celuide MURY,nom qui se perpétue actuellement (prononcez : Mouri).

Transcription par Jean Pharisa, Bulle
Enviado por e-mail por César Raibert
Fonte: http://www.pharisa.ch/
, en juin 2008

Nenhum comentário :